Séminaire 2017-2018 : Conférence de Gwennaël Gaffric

12/03/2018
Recherche

Traduction - territoire/ décentrer les regards

 

Séminaire « Traduction et Transdisciplinarité »

2017-2018

 

Chroniques du hors-temps : spécificités de la traduction de la science-fiction chinoise

 

Gwennaël Gaffric

 

Le 12 mars 2018, 17h30-19h30, salle 234C, Halle aux Farines

 

 

Au cours de cette présentation, j'essaierai d’interroger à la lumière de mon expérience de traducteur les particularités de la traduction de la littérature de science-fiction chinoise en français.

Je reviendrai dans un premier temps sur le contexte général de l’édition et de la traduction de la science-fiction sinophone dans l’espace francophone, puis j’explorerai plusieurs spécificités de la pratique de la traduction elle-même, à travers plusieurs aspects : la traduction de néologismes, la traduction de concepts et de théories scientifiques, l’intertextualité, la traduction d’une trilogie, la place de l’anglais, l’originalité de la langue chinoise ou encore la question de la « légitimité du traducteur ». Ces observations seront illustrées par de nombreux exemples tirés d’expériences personnelles de la traduction de plusieurs nouvelles et romans de science-fiction chinois et taïwanais, parmi lesquels la trilogie du Problème à trois corps de Liu Cixin.

À travers ces interrogations, seront donc questionnées les contraintes, les stratégies et les libertés offertes par ce genre et les réflexions qu’il permet de susciter sur l’épistémologie de la traduction.

 

Docteur en études chinoises et transculturelles de l’Université Lyon 3 (France), Gwennaël Gaffric a consacré sa thèse aux questions écologiques dans la littérature taïwanaise. Il est actuellement chercheur postdoctorant au sein de l’unité de recherche EASt (East Asia Studies) de l’Université Libre de Bruxelles. Également traducteur littéraire, il travaille sur les littératures contemporaines en Chine, à Hong Kong et à Taïwan, en particulier dans le domaine de la science-fiction. Parmi ses dernières traductions : Liu Cixin, La Forêt sombre, éd. Actes Sud, 2017 et Kao Yi-feng, La Guerre des bulles, éd. Mirobole, 2017.

 

 

 

Affiché dans la rubrique